1.3.09

Des intérêts différents















Vendredi et samedi, nous avons eu la visite des amis Vincent, Carmen et leurs enfants.
Pour se pratiquer, Franky s'est levé à 6h00 pour le petit déjeuner.
Les amis ont quittés tôt samedi.
À 9h00, nous étions réveillés et nous avions déjeuner.

My God, 3-4 heures d'avance sur notre horaire habituel.
Je sais, La Bine va nous scraper ça, nos petites habitudes.

J'ai regardé à l'extérieur pour avoir de l'inspiration.
Qu'allons-nous faire de notre journée?
Et à ce moment précis, les anges m'ont chanté...

Ça sentait le deal.
Nous avons donc dirigé la voiture vers notre magasin secret de trouvailles.
Nous y avons chacun trouvé notre compte.















Franky a déniché un petit meuble gris métallique.
Ça peut paraître banal pour vous, mais pas pour lui.
Je ne sais pas ce qui l'excite le plus :
1) Son petit côté vieillot
2) Son coffre fort et sa combinaison secrète.

Arrivé à la maison, l'homme s'est lancé au sol et à commencé à chercher.
Il a une mission, il veut trouver la combinaison.
Il se dit qu'un trésor s'y cache sûrement.















15 minutes se sont écoulées et l'homme n'avait toujours pas toucher à son gain.
C'est là qu'il m'a dit : « Il me faut un stétoscope ».
Moi de lui répondre : « J'ai une visite chez le gygy cette semaine, tu apporteras ton meuble ».















Moi, c'est pour une boîte complète de boutons de toutes les couleurs que j'ai craqué.
Mon chum me pensait complètement cinglée de la vouloir.
« Heille, sais-tu combien ça coûte des boutons chez Fabricville »?















J'ai passé ma soirée a désensacher mes boutons et à les trier par couleurs.
Ils sont tellement magnifiques.
Ils sont vieux, uniques, à faire pleurer n'importe quelle gosseuse de tissus.















Là j'ai un problème, je dois trouver des beaux bols à pickels géants pour les ranger.

On a été à un centre d'achat bien ordinaire aujourd'hui.
Je me disais qu'il devait avoir ça eux, des contenants géants pour les boutons.
C'était étrange comme ambiance.
Un centre garni de commerces que l'on croyait morts : Hart, Rico, Provigo.


Une belle expo de collectionneurs s'y tenait.
Rêveuse, je me voyais y tenir un stand pour exhiber mes beaux boutons.
« Ils sont beaux hein mes boutons? Je sais... Heille touches-y pas. Non, désolée, il ne sont pas à vendre, ils sont TOUS à moi. Je sais, je suis chanceuse! ».

Comme y disent, chacun son trip
.

6 commentaires:

Eve Martel a dit...

Wow les jolis boutons!

À côté de la caisse d'un des magasins de tissu de la rue St-Hubert, il y a un magnifique bucket rempli de boutons dépareillés. Y plonger les deux mains est vraiment l'fun. (Mais le bonhomme à la caisse n'aime pas trop ça quand je le fais!)

Les heureux proprios a dit...

Je pourrais proposer une nouvelle activité aux visiteurs du Mansion.
5$ et tu peux plonger tes mains dans mes contenants de boutons.
Attention! Si tu sors une main, c'est un autre 5$.

:)

Il faut être créatif en ces temps de crise.

Anonyme a dit...

Frank a toujours eu un faible pour les vieilleries que personne ne veut (je parle pas de Miss bien entendu)...

Violaine a dit...

Faque les boutons que je sais pas quoi faire avec, je te les envoie par la poste?

Suggère à Frank d'essayer un verre de vitre au lieu d'un stéthoscope, ça a le même effet d'amplification des sons pis c'est plus accessible.

Sur ma port de chambre, en tout cas, c'est génial!

Nicolas a dit...

Quel suspense... Mais que contient le coffre? Une revue porno des années 60 ? Un testament ? Une testicule ?

Bon sang vite Frank, ouvre ce coffre!

Jerome a dit...

Bon bon, prochaine fois que je passe à Sherbrooke, j'amène mon azote liquide et ma dynamite...